Engagements Essentiels

(par Miki Kashtan, formatrice certifiée du CNVC*)

Miki Kashtan

 

Je n’ai pas trouvé de mot qui traduise exactement ce que je veux dire. « Engagement » est peut-­‐être un peu trop fort et sa connotation d’obligation renvoie à une énergie de devoir qui exclut le choix. « Intention » manque, à mon sens, de vigueur pour porter la force inébranlable qui nous permet de garder le cap dans la tempête. Je voudrais aussi un mot qui reflète le caractère imprévisible de la vie. Ces engagements ne sont pas une promesse – aucun d’entre nous ne pourrait la donner. Je sais combien la vie est riche en défis et quelle que soit notre détermination, j’imagine qu’il viendra toujours un moment où nous ne trouverons pas en nous la force nécessaire pour assumer notre choix.

 

Pour adoucir l’intensité du mot « engagement » sans en perdre la force, j’ai préféré le mot « vouloir » à « s’engager » dans la formulation des engagements. J’ai aussi choisi ce mot pour qu’il rappelle constamment et clairement à tous ceux d’entre nous qui choisissent ce chemin que c’est ce que nous voulons, qu’il n’y aucune objection de principe à vivre de cette manière, peu importe ce que font les autres, peu importent les structures de notre monde, peu importent les circonstances.

 

C’est beaucoup demander. A mes yeux, voilà en quoi consiste la vie de ceux qui se mobilisent. Les engagements sont une boussole, un rappel, une charpente qui nous permettent de mener une vie basée sur des choix.

 

Certes, le choix nous appartient, tout comme l’invitation à nous ouvrir à la vie, pleinement et sans conditions ; mais nous avons besoin les uns des autres pour pouvoir affronter la réalité – en nous et autour de nous – et nous concentrer sur ce qui nous importe le plus. C’est la raison pour laquelle chaque engagement comporte la recherche d’un soutien. J’ai déjà évoqué le rôle vital que la communauté joue pour ceux qui s’embarquent dans un long voyage émotionnel. Où que nous en soyons sur le chemin de l’intégration, le voyage ne prend jamais fin : la rencontre de ce monde reste difficile parce qu’il n’est pas conçu de manière à satisfaire les besoins des êtres humains. Voilà pourquoi je nous engage tous à accueillir et à rechercher le soutien et les rappels qui nous permettront de tenir le cap sur nos engagements.

 

A.   Ma relation à moi-­‐même

  1. Rester ouvert à moi-même‐même : je veux que mon cœur me reste ouvert, même quand j’agis d’une façon qui me déplaît souverainement. Si je me surprends à me juger, je veux chercher du soutien pour pouvoir retrouver le lien à moi-même‐même et accueillir avec compassion les besoins qui motivent mes actes.
  2. M’ouvrir à toute la gamme des émotions : je veux rester présent à moi-même et garder mon cœur ouvert à mon expérience émotionnelle tout entière, même quand je ne suis pas à l’aise avec mes sentiments. Si je me détourne de mon expérience, si je me ferme ou perds ma sensibilité, je veux chercher du soutien pour ne plus être sur la défensive et pouvoir m’ouvrir à ce qui est.
  3. Prendre le risque d’être important : je veux m’offrir totalement au monde, même quand je suis en plein doute. Si je me surprends à penser que mes actes ou moi-même‐même n’avons aucune importance, je veux chercher du soutien pour connaître à nouveau l’importance de ma présence et de mes dons.
  4. Responsabilité : je veux assumer pleinement mes ressentis, mes actes et ma vie, même quand je me sens accablé par les obstacles ou submergé par des émotions difficiles. Si jeme surprends à céder mon pouvoir à d’autres personnes, à des forces supérieures ou à des catégories comme mon passé ou d’autres étiquettes dont je m’affuble, je veux chercher du soutien pour trouver en moi la source primordiale du choix de vivre comme je l’entends et de demander ce que je veux.
  5. Prendre soin de moi : je veux respecter mon engagement à veiller à mon bien-­être et agir pour enrichir ma vie, même quand je me sens stressé, submergé ou que je ne suis plus en lien. Si je me surprends à délaisser les stratégies dont je sais qu’elles enrichissent ma vie (faire de l’exercice, manger comme j’en ai envie, recevoir le soutien et l’empathie dont j’ai besoin, m’adonner à des activités que j’aime, ou faire d’autres choses qui me font du bien), je veux chercher du soutien pour m’ancrer fermement dans ce trésor qu’est ma vie et dans mon désir de me nourrir.
  6. Équilibre : je veux rester attentif à mes limites en tout temps, même quand je suis tenté de les dépasser (y compris pour respecter l’un ou l’autre des présents engagements). Si je me surprends à essayer de les dépasser, je veux chercher du soutien pour rendre hommage à la sagesse naturelle de mon organisme et avoir confiance qu’avec le temps, le fait de respecter mes limites actuelles m’aidera à développer mes capacités.

B.   Mon orientation envers les autres

  1. Aimer en toutes circonstances : je veux que mon cœur reste ouvert, même quand mes besoins ne sont vraiment pas satisfaits. Si je me surprends à juger, à être en colère ou à réagir d’une manière quelconque, je veux chercher du soutien pour transformer mes jugements et pouvoir rencontrer les autres avec amour.
  2. La présomption d’innocence : je veux partir du principe qu’une intention humaine fondée sur un besoin sous‐tend les actes ou les paroles des autres, même quand ces actes ou ces paroles me font peur ou que je ne les comprend pas. Si je me surprends à analyser les actes des autres ou à leur attribuer des arrière‐pensées, je veux chercher du soutien pour m’ancrer dans cette lucidité que tout acte humain est une tentative de satisfaire des besoins identiques aux miens.
  3. La présence empathique : je veux conserver une présence détendue à l’expérience des autres, même quand ils souffrent, qu’ils ont perdu le lien avec eux­‐mêmes, qu’ils sont portés par la véhémence ou qu’ils sont dans le jugement. Si je me surprends à chercher des solutions, donner des conseils, offrir une empathie automatique ou détourner mon attention, je veux chercher du soutien pour reprendre confiance dans la puissance de la transformation et dans le cadeau de la simple présence à l’autre.
  4. La générosité : je veux continuer à tendre la main pour m’offrir à autrui et répondre aux demandes, même quand j’ai peur ou que je manque de ressources. Si je me surprends à me recroqueviller de peur et à ne plus vouloir donner, je veux chercher du soutien pour me libérer de toute idée de manque et accueillir les occasions de donner.

C.   Mon interaction avec les autres

  1. Authenticité et vulnérabilité : je veux partager avec les autres la vérité qui vit en moi en continuant à veiller sur moi et autrui et en conservant ma compassion envers moi‐même et autrui, même quand j’ai peur ou que je ne me sens pas sûr de moi. Si je me surprends à me cacher ou à me protéger, je veux chercher du soutien pour accueillir l’occasion d’élargir ma perception de moi­‐même et dépasser la honte.
  2. Disponibilité aux réactions : je veux être disponible aux réactions des autres pour apprendre et grandir, même quand j’ai envie qu’on me voie et qu’on m’accepte. Si je me surprends à être sur la défensive ou à me juger, je veux chercher du soutien pour voir le cadeau et la beauté de ce que l’on partage avec moi.
  3. Ouverture au dialogue : je veux rester ouvert à la possibilité de changer à travers le dialogue, même quand je tiens beaucoup à un résultat précis. Si je me surprends à défendre une position ou à convaincre quelqu’un de changer de point de vue, je veux chercher du soutien pour me libérer de mon attachement, me relier à mes besoins et à ceux des autres, et tenter de dégager des stratégies fondées sur les besoins et qui soutiennent à la fois les autres et moi-­même.
  4. Résolution de conflits : même quand je rencontre de nombreux obstacles pour me relier à quelqu’un, je veux être disponible pour résoudre les problèmes entre nous, avec le soutien des autres. Si je me surprends à me fermer à l’autre, je veux chercher du soutien pour me souvenir de la magie du dialogue et m’en remettre au processus de guérison et de réconciliation pour restaurer le lien.

D.   Ma relation à la vie

  1. Interdépendance : je veux ouvrir mon cœur au lien qui existe entre tout ce qui vit et prendre toujours davantage conscience des innombrables effets que nos actes et nos expériences ont les uns sur les autres. Si je me surprends à me retirer dans l’autosuffisance, la séparation, ou que je perds confiance dans mes talents ou ceux des autres, je veux chercher du soutien pour me rappeler la beauté de l’abandon à l’interdépendance et le soulagement qu’il apporte (y compris toutes les manières dont nos vies dépendent des talents, des actes et des efforts des autres).
  2. Accepter ce qui est : je veux rester ouvert à la vie, même en présence de changements (bienvenus ou non, mineurs ou importants), même quand tout s’écroule, que les gens ne tiennent pas parole ou que des calamités se produisent de par le monde. Si je me surprends à me retirer de la vie ou à être attiré par des idées sur ce qui devrait se passer, je veux chercher du soutien pour être en paix avec les besoins insatisfaits et choisir des actes et des réponses basés sur la clarté de la manière dont je veux répondre à la vie et entrer en interaction avec elle.
  3. Célébrer la vie : je veux conserver une attitude d’appréciation et de gratitude pour les cadeaux de la vie, même quand je suis confronté à des difficultés, qu’elles soient d’ordre personnel, interpersonnel ou mondial. Si je me surprends à devenir cynique ou à ne plus éprouver que douleur et désespoir, je veux chercher du soutien pour relier mon cœur à la beauté et au miracle qui sont présents dans la vie, même dans les pires circonstances.

© 2010 Miki Kashtan •  nvc@baynvc.org  •  www.baynvc.org  •   510-­‐433-­‐0700

Le blog de Miki Kashtan : The Fearless Heart

Veuillez contacter BayNVC avant toute diffusion. En cas d’autorisation, veuillez mentionner le copyright et les informations de contact.


Hey ! Laisse un commentaire ci-dessous pour dire en quoi cet article a rendu ta vie plus belle (ou pas) !

Suivre Pneum sur Facebook